L’actualité écolo

On comprend mieux le nucléaire !

Hier soir, dans une conférence qui ne manquait pas d’humour, Roland Desbordes, expert de la CRIIRAD, a permis de mettre en lumière ce que c’est que le nucléaire et de retracer l’histoire de sa découverte et de son utilisation.
80 citoyens curieux étaient ravis d’assister à cette vulgarisation scientifique sur un thème qui nous concerne tous.
Pour ceux qui regrettent de ne pas avoir assisté à l’évènement, la même conférence sera filmée à Verdun ce soir. Vous pourrez retrouver la captation sur notre site internet.
Merci à Roland Desbordes, la Ciidra, Cedra et Mirabelle d’avoir proposé cette conférence chez nous.

Marche de réveil pour le Climat à Troyes dimanche 27 janvier

Ecol’Aube s’associe avec d’autres organisations et des citoyens pour organiser à Troyes une nouvelle marche contre le réchauffement climatique et la chute de la biodiversité.

Rendez-vous dimanche 27 janvier place Jean Jaurès à Troyes.

Les marches climat du 8 septembre, 13 octobre et 8 décembre ont rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes en France et dans le monde.
La pétition de soutien à l’Affaire du Siècle qui assigne le gouvernement en justice pour son inaction climatique a recueilli 2 millions de signatures en quelques jours.
Nous avons tous engagé ces actions pour que les pouvoirs publics se mettent à la tâche.
Pourtant, les constats sont les mêmes après 3 mois de mobilisations historiques et sans précédent :
– La France a augmenté ses émissions de CO2 de 3,2% en 2018
– Les espèces sauvages continuent à disparaître dans l’indifférence générale
– La COP24 en décembre 2018 a été un fiasco de plus.
– Le gouvernement prélève une taxe carbone depuis 2014 et en affecte moins de 20% pour la transition écologique.
Le changement du système ne pourra se faire qu’avec un engagement de long terme que le gouvernement n’a pas même amorcé, malgré une mobilisation historique.
Pour prendre notre place dans ce débat qui engage rien moins que l’AVENIR DE LA VIE SUR TERRE rassemblons nous toutes et tous Place de la Bourse le 27 Janvier pour une marche pacifique mais déterminée à être vue et entendue.
Cette Marche sera l’occasion:
– de faire progresser la prise de conscience de la situation d’URGENCE ABSOLUE et inédite dans l’histoire de l’humanité dans laquelle nous nous trouvons,
– de célébrer les 2 millions de signatures du recours contre l’Etat,
– d’échanger et débattre, de nous connaître et nous fédérer,
– de déposer nos doléances dans les lieux représentatifs du pouvoir à Troyes.
Nous étions 200 le 8 décembre, soyons 2000 ce 27 janvier !

28 janvier à 19h : Dessine moi la radioactivité, conférence de Roland Desbordes.

Qu’est-ce que la radioactivité ? Atomique ou nucléaire ? Alpha, béta, gamma, X… Qué zaquo ? Ça fait bronzer tout ça ? Une demi-vie, c’est la moitié d’une vie ou une vie à moitié ? Les becquerels : des oiseaux ? Et nos cellules dans tout ça ? Des normes pour protéger qui ?

À cette conférence, nous n’invitons pas les scientifiques (bien qu’ielles soient les bienvenu.e.s et que nous les invitons à participer à la discussion s’ielles le souhaitent !) : nous souhaitons avant tout échanger avec celles et ceux qui ont envie de comprendre ce qu’est la radioactivité ou qui se posent des questions à son sujet.

Intervenant : Roland Desbordes, président de la CRIIRAD

Rendez-vous à 19h à la maison des associations, 36 rue pasteur à Troyes. Entrée gratuite.

Cette conférence se déroule dans le cadre du cycle de conférences Voyage vers un avenir non atomique. Plus d’informations sur le site http://www.stopcigeo-bure.eu/cyclegrandest/

L’assemblée générale d’Ecol’Aube aura lieu le 11 janvier !

Tous nos adhérents et nos sympathisants sont attendus à la salle socio-culturelle de La Rivière-de-Corps le vendredi 11 janvier 2019 pour la tenue de notre assemblée générale. Comme chaque année, nous vous ferons un bilan de l’activité de l’année 2018 en vous faisant notamment part des difficultés et des joies que nous avons eues en interne. Ce sera également l’occasion de faire un bilan financier. Nous vous révèlerons quels sont nos projets de l’association pour les années 2019 (et 2020) et nous renouvellerons les membres du bureau. C’est le moment idéal d’intégrer l’équipe organisatrice 😉 .

Si la vocation d’Ecol’Aube Festival et son fonctionnement ne devraient pas connaitre de bouleversement, nous aimerions peut-être faire évoluer quelques aspects. Aussi, nous voudrions proposer un temps d’échange avec nos adhérents et nos sympathisants afin qu’il puisse prendre part au débat qui nous anime.

À l’ordre du jour :

  1. Bilan d’activité : le déroulement et l’organisation de l’Ecol’Aube festival 2018
  2. Bilan comptable
  3. Renouvellement du bureau
  4. Bilan du festival des idées gesticulantes et du partenariat avec e-graine, LEclairCit et la FDMJC
  5. Les futurs projets
  6. Apéro dinatoire

Nous donnons donc rendez-vous le vendredi 11 janvier 2019 à 19h30 à tous les sympathisants d’Ecol’Aube Festival.

Les invités pourront apporter s’il le souhaite un mets salé ou sucré (tarte, gâteau, etc.) pour contribuer à l’apéro dinatoire organisé par nos soins.

Faites comme nous, adoptez la nef

Pour changer le monde, commençons par le plus simple, changeons de banque.

Nous en parlions durant les conférences gesticulées de Gwennyn Tanguy et d’Aline Farès sur la question des alternatives bancaires, la banque la plus vertueuse, c’est la Nef. Actuellement, La Nef n’a pas l’agrément bancaire permettant de proposer des comptes courants (carte de crédit, etc.). Pour l’obtenir, elle doit atteindre l’objectif de 10 000 nouveaux souscripteurs avant le 31 décembre 2018.

C’est donc le moment idéal pour souscrire à La nef et à inviter vos amis, votre famille et vos voisins à faire de même.

Plus d’infos sur : https://www.pourlabanqueethique.com/

Museler les opposants

Pour faire taire les opposants politiques, rien de tel que les vielles recettes. Au-delà des perquisitions spectaculaires du siège de la France insoumise et de l’appartement de son dirigeant colérique, c’est une pluie de procès qui s’abat sur les écolos et tous ceux qui s’opposent au pouvoir de l’État et des multinationales. Pour museler quelqu’un qui pose une question, rien de tel qu’un procès. En général, les militants ont des ressources limitées – aussi bien financièrement qu’en terme de temps – et les attaques en justice les condamne au silence. Le verdict du procès est probablement secondaire : ce qui importe, c’est de concentrer l’énergie des militants dans les procédures judiciaires, de les épuiser et de les détourner de la lutte.

Le SDEDA attaque des citoyens de la Chapelle-Saint-Luc.

Ainsi, treize citoyens opposés à la construction d’un incinérateur qui avait – bien modérément – questionner les autorités départementales sur le fonctionnement du SDEDA (le syndicat de traitement des déchets ménagers aubois) et sa direction ont été attaqué au tribunal correctionnel pour diffamation publique. Le SDEDA réclame des dommages et intérêts à hauteur de 16000 € (dont 6000 € de procédure pénale). Ces treize citoyens doivent donc faire face à une procédure judiciaires onéreuse à laquelle ils ne sont pas habitué. Vous pouvez les soutenir en envoyant vos dons sur la cagnotte Leetchi.
Pendant ce temps-là, Véolia construit tranquillement un incinérateur polluant et surdimensionné, aux frais du contribuable. De nombreux élus locaux, dont le maire de la Chapelle-Saint-Luc se sont d’ailleurs opposés au projet. L’est-éclair suit de près cette affaire.

Il ne faut pas emmerder l’industrie nucléaire !

De même, les opposants de la poubelle nucléaires à Bure ne sont pas en reste. Au contraire. « pour détruire ce mouvement de résistance vieux de 25 ans, il y a déjà eu plus d’une cinquantaine de procès, expliquent les opposants dans un communiqué. Des centaines de mois de sursis distribués, près de 2 ans de prison ferme, 26 interdictions de territoire, 7 personnes interdites de se voir et rentrer en relation, et ce pour des années, dans le cadre d’un contrôle judiciaire dans une instruction pour « association de malfaiteurs », des milliers d’euros d’amende, une vingtaine de perquisitions réalisées en Meuse, à Paris, en Isère, une trentaine de gardes à vue — dont celle, le 20 juin 2018, de l’avocat Me Étienne Ambroselli —, un escadron de gendarmes mobiles installé sur place depuis l’été 2017. Chaque jour, les habitants de Bure et autour sont suivis, fichés, filmés, et contrôlés, et parfois à plusieurs reprises en l’espace de quelques heures. »

Gaspard d’Allens jugé à Bar-le-Duc, sans même avoir été prévenu !

Plus insolite et scandaleux encore, le journaliste écrivain Gaspard d’Allens a été jugé sans être présent, sans avocat et sans même avoir été prévenu. « Lors de l’audience, les magistrats ont fait valoir qu’un courrier lui avait été envoyé à son domicile parisien et que le prévenu était « radicalement introuvable ». Sauf qu’il ne vit plus dans ce logement depuis qu’il a acheté une maison à Mandres-en-Barrois (Meuse), il y a plusieurs années. « Je suis sous écoute, surveillé et filmé quotidiennement par les gendarmes, et ils ne sont même pas capables de trouver ma bonne adresse ? » s’interroge-t-il. » Vous trouverez plus d’informations sur le site reporterre.

Gaspard d’Allens, devait venir présenter son livre-enquête Bure, la bataille du nucléaire lors du dernier festival Ecol’Aube. Il s’est désisté quelques jours avant, n’étant plus à l’aise pour parler de la situation et préférait rester vigilant lors de ses prises de paroles publiques. Gilles Rogé (CEDRA) l’avait alors remplacé au pied levé.

Que faire contre ces méthodes indignes d’une démocratie ?

Déjà, il faut s’indigner de ces méthodes, s’informer et soutenir ceux qui les subissent. Il faut partager les informations, en parler autour de soi.
Et pourquoi pas, assister aux procès quand c’est possible et participer aux rassemblements de soutien quand il y en a.

Le festival 2018 ? Une belle réussite

Certes, notre festival n’a pas enrayé le réchauffement climatique, la biodiversité continue de disparaître et nous allons toujours tout droit vers l’effondrement de notre civilisation.

Malgré tout, nous sommes très heureux de ce festival. Hormis le fonctionnement du barnum des associations, tout s’est très bien déroulé. Il y avait plus de 350 personnes le samedi soir (nous avons peut-être même dépassé les capacités de la salle, mais ne le dites à personne) et plus de 800 entrées le dimanche. Financièrement, on devrait être légèrement excédentaire (plus de précisions lors de notre AG, en janvier). Les participants étaient ravis du festival d’après les retours que nous avons eus. Nous avons même été victimes de notre succès : la restauration a été dépouillée, dès 16h, nous avions vendu tous nos repas et toutes nos crêpes.

Bref, nous sommes ravis de cette édition et nous avons le plaisir de partager avec vous notre galerie photos 2018 et une rétrospective vidéo du festival.

De la pluie ? Et alors ?

Le samedi soir, le festival est inauguré dans le gymnase Volbart. N’ayez crainte en cas de mauvais temps, le gymnase est parfaitement étanche.
Et le dimanche, s’il se mettait à pleuvoir, notez que toutes les activités sont couvertes et qu’il y a des abris pour manger et boire.

Venez passer un bon moment, quelque soit le temps !

Stationnement

Petites informations concernant le stationnement lors du festival  :
– Par l’avenue Gallieni : stationnement sur la place Reichenbach (place du marché)
– Par la rue Paul Doumer : stationnement sur le parking de la Maison des Viennes (52 rue Paul Doumer)

Eviter le stationnement rue Jules Hémard, qui pourrait être gênant pour l’entrée et la sortie de véhicules du Centre de secours.

 

Deux rectificatifs

Le programme du festival a légèrement changé :

  • Le dimanche à 10h dans le barnum Ateliers, les ateliers Valentin proposeront une conférence/débat sur la coopérative d’artisans de l’Aube !
    « Le mois de juillet a vu naître la première coopérative d’artisans de l’aube dont nous sommes à l’initiative. »
    (et non sur l’isolation des maisons anciennes)
  • La conférence sur l’enfouissement des déchets nucléaires à Bure sera présentée par Gilles Rogé, membre du CEDRA (et non l’un des auteurs du livre « Bure, la bataille du nucléaire »). Elle aura lieu le dimanche à 16h dans la salle André Gorz

Cliquez ici pour télécharger notre flyer numérique mis à jour.