Salle Zinédine Zidane

Génie (du football)

Certes, quand on pense à l’écologie, Zizou n’est pas forcément le premier visage qui nous vient à l’esprit, mais ses deux buts face au Brésil lors de la finale de la coupe du monde 1998 lui valent un respect absolu.

A première vue, on pourrait reprocher à Zidane de faire partie du football-business ; ce monde pourri par l’argent, gangrené par une compétition exacerbée, régulièrement en proie aux scandales en tout genre. Les salaires des joueurs les plus célèbres et le montant des transferts ne cessent de nous indigner toujours plus. Devenu le reflet d’un capitalisme exacerbé, ce merveilleux sport populaire a perdu toutes valeurs morales – du moins au niveau professionnel.
Mais Zidane ne fait pas partie du monde du football, il vole bien au-dessus, il le surplombe par sa réussite, l’inonde de sa technique, l’éclaire de son talent. Zidane ne court pas après un ballon, il ne shoote pas dans la balle. Il séduit le cuir, l’emporte, le submerge et soulève avec lui une foule émerveillée.
Le palmarès de Zidane est éblouissant. Il offre à la France une coupe du monde en 1998 et une coupe d’Europe deux ans plus tard. En 2002, il gagne la ligue des champions avec le Real Madrid. Plus tard, dès sa première année en tant qu’entraîneur, il remporte de nouveau la ligue des champions. Il réitère l’exploit les deux années suivantes. Record absolu. Facile.

C’est simple, Zizou réussit tout ce qu’il entreprend. Lorsqu’il aura gagné tous les trophées sportifs qui existent, notre héros prendra peut-être quelques minutes pour s’occuper du réchauffement climatique.
Et, d’une petite roulette dont il a le secret, il sauvera le monde d’un effondrement certain.

Y-a-t-il du foot dans la salle Zinédine Zidane ?

Non, les plaisanteries, ça va cinq minutes. Dans la salle Zinédine Zidane, vous pourrez assister à

  • 10h30 & 14h30 : la projection du film en présence du réalisateur : « À l‘air libre »
    Nichée au fond d’une vallée picarde, une ferme bio, unique en France accueille des détenus en fin de peine.
    C’est une structure d’insertion singulière qui leur propose un logement, un travail, un accompagnement social et une vie communautaire riche et exigeante. Le maraîchage et l’élevage biologique aident ces hommes à se reconstruire un véritable « projet de vie ». « À l’air libre » est assurément un film sur la sortie de prison. Mais c’est aussi, et peut-être surtout, un film sur la prison. Une prison que l’on ne voit pas mais qui est omniprésente. Une prison dont on ne cesse de mesurer les traces et dont il paraît si difficile de se libérer.
    Plus d’infos : alairlibre-lefilm.com
    Durée : 1h20