Le dimanche : animations et exposants

Le dimanche, après avoir passé une très bonne nuit, bercé par les rythmes africains de la veille, vous arrivez à la maison des Viennes dès 10 heures ; pourquoi pas en vélo ?

Profitez d’un ambiance très convivial

Toute la journée, vous vous baladez parmi les exposants : découvrir des associations, acheter des produits locaux, prévoir la rénovation de votre maison avec des procédés écologiques, etc. Certains exposants proposent même un atelier dans un espace dédié.

Vous pouvez également vous rafraichir avec quelques boissons locales fermentées -ou non- et vous rassasiez d’un plat chaud à n’importe quelle heure de la journée.

Vous pouvez aussi participer à notre défilé. Ou simplement y assister.

Festival Ecol'Aube 2016 à Saint-Julien-les-Villas
Festival Ecol’Aube 2016 à Saint-Julien-les-Villas

Un programme riche pour satisfaire tout le monde

Quel que soit vos goûts, votre âge et vos attentes, il y a forcément un concert, une conférence, un spectacle, etc. pour vous !

  • 10h : Ballade organisée par les Amis de la coulée verte
    Durée : 1h / Rendez-vous devant l’entrée du festival
  • 10h : Atelier sur le thème de l’énergie animée par Gwennyn Tanguy (ambassadrice negaWatt)
    Repenser notre utilisation d’énergie et notre consommation d’énergie avec la démarche negaWatt – sobriété, efficacité énergétique, énergies renouvelables.
    En l’appliquant à l’ensemble de nos besoins, l’Association négaWatt a élaboré un scénario prospectif à horizon 2050 basé quasi-exclusivement sur des sources d’énergie d’origine renouvelable, performance rendue possible grâce à une exploration en détail du formidable potentiel d’économie d’énergie qui nous entoure. Ce scénario, l’un des plus aboutis à l’échelle nationale, englobe l’ensemble des consommations d’énergie (électricité, carburants, …) et couvre les différents secteurs consommateurs d’énergie (bâtiment, transports, industrie).
    Plus d’infos : negawatt.org
    Durée : 1h30 / Chapiteau Jean-Marie Pelt
  • 11h : Projection du film en présence de l’équipe du film : « Les tribus de la récup‘ »
    Il est parfois tentant de se dire que la vie des déchets s’arrête aux poubelles domestiques. La plupart du temps, c’est là que tout commence.
    Une vision plus écologique mais aussi humaniste permet de mettre en œuvre d’autres modes de fonctionnement sociétaux. Les réalisatrices, Emmanuelle Zelez et Laurence Doumic, s’intéressent aux mouvements parfois imperceptibles qui font évoluer les choses dans ce domaine et mettent en lumière un nouveau phénomène communautaire : l’anti-gaspillage. Grâce à de nombreux témoignages de membres de ces « tribus », ce film documentaire nous montre que la récupération n’est plus une pratique à la marge du modèle sociétal. Désormais très bien organisée, cette nouvelle génération demande plus d’équité et d’écologie sociale. Les tribus de la récup’, le futur de nos sociétés modernes ?…
    Voir la bande annonce en cliquant ici.
    Durée : 52’ + échanges / Salle André Gorz
  • 11h & 16h : Contes pour enfant de Yara Lune
    Durée : 1h / Salle Pierre Kropotkine
  • 10h30 & 14h30 : Projection du film en présence du réalisateur : « À l‘air libre »
    Nichée au fond d’une vallée picarde, une ferme bio, unique en France accueille des détenus en fin de peine.
    C’est une structure d’insertion singulière qui leur propose un logement, un travail, un accompagnement social et une vie communautaire riche et exigeante. Le maraîchage et l’élevage biologique aident ces hommes à se reconstruire un véritable « projet de vie ». « À l’air libre » est assurément un film sur la sortie de prison. Mais c’est aussi, et peut être surtout un film sur la prison. Une prison que l’on ne voit pas mais qui est omniprésente. Une prison dont on ne cesse de mesurer les traces et dont il paraît si difficile de se libérer.
    Plus d’infos : alairlibre-lefilm.com
    Durée : 1h20 / Salle Zinédine Zidane
  • 11h30 & 17h : Concert : Rust and Dust
    Rock des années 70.
    En extérieur
  • 13h30 : Cirque Cirk’Onstance atténuante : Au fond du sac
    Un sans-abri s’est créé tout un univers pour échapper aux pièges de la mondialisation.
    Pour arriver à cela, il fabrique tout et n’importe quoi en recyclant des objets trouvés dans les poubelles. N’ayez crainte d’entrer dans la vision du monde de ce personnage ; tant qu’il en est encore temps !!!
    Ce spectacle aborde divers problèmes de société : des sans domicile fixe à la pêche intensive en passant par la pollution et notre société de consommation.

    Plus d’infos : cirkonstanceattenuante.com
    Durée : 1h / Chapiteau Jean-Marie Pelt
  • 14h : Table ronde – Transition énergétique : où en sommes-nous ?
    Avec Gwennyn Tanguy (ambassadrice negaWatt) ;
    Durée : 1h30 / Salle André Gorz
  • 14h30 : Lectures de Catherine Zambon : « Nous étions debout et nous ne le savions pas »
    Autour des luttes et résistances citoyennes.
    « Un jour, on se lève. On a 20 ans. On en a 50 ou 70 peu importe. On décide ce jour-là d’aller en rejoindre d’autres. Ceux qui s’assemblent. On devient l’un des leurs. Une heure. Ou 30 ans. Cela fera de soi un sympathisant. Voire un opposant. Certains diront : un résistant. Projet d’aéroport, usines à vaches ou à porcs, enfouissements de déchets hautement radioactifs… Ce texte rend hommage aux femmes et hommes qui s’engagent dans ces combats. »
    En savoir plus : agit-theatre.org
    Durée : 1h30 / Salle Pierre Kropotkine
  • 15h : Concert : Bure Halleurs
    Artistes musiciens militants et enjoués.
    En extérieur
  • 15h30 : Atelier du cirque
    Durée : 1h / Chapiteau Jean-Marie Pelt
  • 16h : Conférence de Gaspard d’Allens « Bure, La bataille du nucléaire »
    Récit d’une lutte écologique à deux pas d’ici, la lutte contre les déchets nucléaires
    « À 500 mètres de profondeur dans les entrailles de la terre, la filière nucléaire projette de creuser un caveau pour l’éternité. » Ainsi commence le livre-enquête où l’engagement politique se mêle au regard du journaliste pour raconter l’histoire en cours d’une rébellion déterminée contre la violence du monde industriel. Ils révèlent les méthodes manipulatrices des nucléaristes, et la façon dont l’État achète les consciences pour imposer le silence. Le combat vaut d’être mené : ce récit impétueux et pourtant réfléchi convainc qu’il est possible de faire reculer les puissants. Plutôt que la contamination radioactive, parier sur la contagion joyeuse d’une force de résistance.
    En savoir plus : reporterre.net
    Durée : 1h30 / Salle André Gorz

Plan du festival Ecol'Aube 2018 à la maison des viennes à Sainte-Savine